• Et si... le cheval de Robert Baratheon n'avait pas eut le pied sûr ?

    Une fan fiction sur le thème du Trône de Fer ! Imaginez un peu que, à la bataille du trident, lorsque Raegar Targaryen affronta Robert Baratheon, le cheval de ce dernier ait glissé sur un galet humide... 

  • - Dany ! dépêches-toi un peu !

    - C'est bon Aegon ! J'arrive !

    Ce qu'ils pouvaient être pressés ces garçons... La cérémonie n'allaient commencer que dans encore au moins une demie heure ! Et son neveu se sentait tout de même obligé d'attendre derrière la porte de sa chambre, comme si elle pouvait être en retard à un évènement pareil !

    Daenerys sentait avec délice les mains expertes de ses caméristes courir dans ses cheveux. Aujourd'hui, elle devait être parfaite. Tandis que ses servantes lui attachaient autour du cou un délicat collier d’améthystes, elle regarda par la fenêtre de sa chambre la ville qui s'étendait à ses pieds. De toute sa vie, elle n'avait presque connu qu'elle. Port-Réal et ses innombrables ruelles, Port-Réal et ses trois collines, Port-Réal et son Donjon Rouge... Certes, elle avait déjà fait de nombreuse promenade dans le bois-du-roi, et elle était allé une fois ou deux à Peyredragon... mais ce n'est pas ce qu'elle pouvait appeler "une cité", ni même une ville d'ailleurs. Juste une forteresse austère et rocailleuse.

    - Voilà Lady Daenerys, lui apprit une camériste. Vous êtes prête.

    Elle se leva et se dirigea vers le miroir de sa chambre. Sa longue robe bleue mettait harmonieusement en avant le violet de ses yeux, et ses cheveux d'argent étaient coiffés d'une telle façon qu'ils donnaient en même temps l'impression d'être lâchés librement sur ses épaules et d'être retenus en arrière. Satisfaite, elle saisit à la volée une broche d'argent sertie de rubis représentant un dragon tricéphale et l'épingla à sa robe à la hauteur du cœur.

    - Lady Daenerys, la gourmanda une camériste, ce bijou n'est pas du tout assortit avec le reste de votre tenue, vous devriez le reposez...

    Daenrys fusilla l’impertinente du regard.

    - Le dragon tricéphale et l'emblème de ma maison, ne l'oubliez pas ! Je veux que personne dans la salle ne puisse ignorer qui je suis.

    - Bien madame... comme vous voudrez...

    Les servantes l'accompagnèrent à sa porte pour la laisser sortir. Elle y trouva Aegon, son neveu, qui l'y attendait toujours. Il était pour sa part tout vêtu de noir et de rouge, les couleurs de la maison Targaryen. Il avait du haut de ses quatorze ans un an de plus que elle, et elle l'avait toujours trouvé d'une beauté à faire rêver. Comme son père d'ailleurs. Raegar Targaryen, son propre frère, et futur roi des sept couronnes de Westeros. Qui allait être couronné aujourd'hui même.

    - Te voici enfin, soupira Aegon ! On va pouvoir y aller...

    - Si je t'agace tant, pourquoi donc venir m'attendre au pied de ma porte ?

    Il sourit et fit mine de lui passer la main dans les cheveux, mais elle s'écarta d'un pas.

    - Bas les pattes ! Mes caméristes ont travaillé pendant une heure au moins sur cette coiffure, alors si tu n'as pas pitié de moi, aie au moins pitié d'elles !

    Il éclata de rire et lui prit galamment le bras pour la mener vers la salle du trône. Par les Sept, mais pourquoi n'était-ce pas lui, son frère ? Au lieu de cet excité de Viserys ? Sans être laid, ni idiot, ce dernier avait un petit quelque chose qui dérangeait Daenerys. Il s'énervait facilement, et quand il vous fixait de ses yeux d'un lilas pâle, il avait le don de vous mettre mal à l'aise. Et elle allait sans doute devoir l'épouser.

    Mais au diable ses préoccupations ! Voilà qu'ils débouchaient sur la grande salle du trône ! Il y avait foule aujourd'hui, en vu du grand évènement : ce n'était pas tout les jours qu'était couronné un roi. Et quelle fête ! Sans que personne n'ai jamais osé rien objecter depuis la rébellion ratée de Robert, personne ici n'avait vraiment aimé Aerys II Targaryen, son propre père. Il n'avait pas été surnommé "le roi fou" pour rien. Il faisait brûler quiconque lui déplaisait, et ses dernière années avaient été un calvaire dans une ambiance totalement paranoïaque en sa présence. Même elle, avec ses treize ans, avait pu s'en rendre compte. Jusqu'à ce qu'une maladie aussi violente que soudaine ne l'emporte.

    Toujours au bras de Aegon, elle traversa la salle d'un pas noble et vint s'assoir au devant de l'estrade, avec le reste de la famille royale. Raegar Targaryen et sa femme, Ellia Martell, discutaient tranquillement avec Ser Mance Tyrell.

    - Une très belle fête, oui, abondait ce dernier. Il fallait bien cela pour un héros de votre trempe. Pour le vainqueur du trident.

    - Pas de ça avec moi, soupira Raegar. Tout le monde ici sait très bien que seule le hasard pouvait choisir le gagnant d'une telle bataille. Si le cheval de Robert Barathéon n'avait pas glissé sur un rocher ce jour là, impossible de dire si j'aurais réussit à le vaincre. Et à stopper cette invraisemblable rébellion.

    - Les dieux vous ont choisit pour vaincre, ils ont de bons desseins pour vous...

    Le futur roi ne prit pas la peine de répondre, déjà une cloche sonnait le début de festin qui devait commencer la soirée, interrompant au passage le coulant flagorneur.

    Mance Tyrell n'avait cependant pas tord sur un point : la fête était splendide, et le festin succulent. Les plats se succédaient : ours farci, sanglier grillé, fruits de mer, pains aux épices, tourtes au pigeon, oie rôtie à la sauce au miel... Daenerys ne pouvait rien avaler de plus, mais elle avait l'impression de voir son assiette se remplir au fur et à mesure qu'elle tentai désespérément de la vider.

    La cérémonie du couronnement vint à son secours, coupant momentanément le festin pour déclarer Raegar Targaryen roi des Andals et des premiers Hommes, des Sept couronnes de Westeros... Mais après revinrent les plats, et arrosés de vin cette fois ! Daenerys n'en put soudain plus de cette chaleur étouffante, de tout ces bruits, de cette touffeur oppressante... Elle s'excusa auprès de son frère et quitta la salle d'un pas rapide.

    Dehors, l'air était plus frais. Elle prit de longues goulée de l'air nocturne en marchant lentement dans les jardins du Donjon Rouge. Au loin résonnaient les bruits du banquets, et des chiens qui aboyaient du côté des écuries, mais ici elle étaient tranquille. Elle s'assit sur un muret et contempla la ville à ses pieds.

    Se découpant dans le ciel nocturne, elle pouvait deviner la silhouette déchiquetée de Fossedragon. Vide depuis plus d'un siècle. "Nous autres, Targaryens, nous targuons d'être le sang du dragon... mais à quoi bon si il n'y a plus de dragon ?" Elle chassa ces pensées. Nul besoin de dragons pour assoir son autorité, Raegar l'avait amplement prouvé au trident, en écrasant les rebelles pour de bon. Elle ne serait sans doute jamais reine, et son avenir promettait d'être passablement ennuyeux, mais au moins elle n'aurait pas à craindre de nouvelle guerre civile après cela. Plus personne n'oserait s'en prendre au trône de fer !

    ...N'est-ce pas ?


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique